L’Andorre, le deuxième pays de la zone euro avec la pression fiscale la plus basse.

L’Andorre, le deuxième pays de la zone euro avec la pression fiscale la plus basse.

L’Andorre a le privilège d’arriver en tête du classement des pays de la zone euro exerçant la pression fiscale la plus basse, moins de 25 %, juste après l’Irlande. Une pression fiscale homologuée et compétitive avec des paramètres désormais consolidés – une fois le déploiement de la fiscalité achevé – qui font de la Principauté d’Andorre un lieu toujours très attrayant et compétitif pour investir dans la création de nouvelles entreprises.

L’Andorre présente un grand avantage, en particulier par rapport aux pays les plus proches, avec lesquels elle entretient des relations économiques et d’où proviennent les principaux investissements. Les taux des principaux dispositifs fiscaux sont les plus bas d’Europe, faisant ainsi de la Principauté le pays qui exerce le moins de pression fiscale sur les citoyens et les entreprises.

À 4,5%, l’impôt sur les ventes (IGI) est de loin le plus bas des états européens, les taux oscillant entre 17 % au Luxembourg, le plus bas après l’Andorre et jusqu’à 27 % en Hongrie. Des pays comme l’Espagne, la France et le Royaume-Uni se situent dans la tranche moyenne avec 21 % pour l’Espagne et 20 % de taux général de cet impôt pour la France et le Royaume-Uni.

La situation de l’impôt sur les sociétés est similaire, avec un taux unique de 10 %. L’Andorre est le pays, avec la Bulgarie, où les bénéfices des entreprises sont les moins taxés. De plus, des déductions fiscales sont appliquées dans certains secteurs et selon le type d’entreprise. Alors que pour ce dispositif fiscal Malte possède le taux le plus élevé (35 %), les pays voisins comme l’Espagne et la France sont à 25 % et 31 % – un taux qui passe à 33,33 % au-delà des 250 millions de bénéfices. Au Royaume-Uni, les entreprises sont taxées à hauteur de 19 %.

Enfin, l’impôt sur le revenu (IRPF) reste également en deçà de la majorité des pays européens. De plus, tous les revenus à titre de rétributions inférieurs à 24 000 euros sont exonérés. Dès lors, des taux d’imposition différents sont appliqués sur la base de tranches de revenus fixés jusqu’à un pourcentage maximal de 10 %, un taux identique à celui de la Bulgarie et bien inférieur aux taux en vigueur en Espagne (21,3 % à 43,5 %), en France (28,7 % à 55,6 %) ou au Royaume-Uni (23,4 % à 47 %).

Cette comparaison vient confirmer le fait que l’Andorre est un emplacement avantageux pour entreprendre. IS21 donne des conseils lors du processus de création et de mise en place de nouvelles entreprises en Andorre. 
 

Laissez nous vos commentaires